Home / How to / Design Sprint : 5 jours pour innover

Design Sprint : 5 jours pour innover

Parmi les outils de design thinking, le design sprint est une méthodologie innovante pour valider un prototype en seulement 5 jours. Un concept qui permet de lancer un « Minimum Viable Product » à moindre risque et moindre coût en utilisant le design thinking et la conception centrée utilisateur.

Conçue par Google Ventures le Design Sprint sert à concevoir, tester et valider un prototype en 5 jours. L’idée de cette méthode innovante est de faire des cycles de conception produit plus rapide et plus précis tout en fédérant les équipes et en prenant moins de risques à moindre coût.

L’objectif final est de développer le meilleur prototype possible dans le temps imparti et de capitaliser sur l’expérience utilisateur, UX, pour proposer des services numériques innovants et fidéliser leurs utilisateurs. Cette démarche design UX est aujourd’hui gage de l’adoption et de la réussite des projets de transformation numérique.

 

 

Qu’est-ce que le Design Sprint ?

Le Design Sprint utilise de manière pratique et pragmatique le design thinking et la conception centrée utilisateur. La méthode est organisée en cinq jours consécutifs avec une équipe pluridisciplinaire de 5 à 7 personnes, pour aller à l’essentiel.

Cette méthode consiste donc à découper le développement en phases rapides appelées Sprint. Un Sprint correspond à un cycle itératif et permet de limiter les risques. « Cela permet essentiellement de limiter les risques et réorienter votre projet si besoin », expliquent Maxime Charpentier et Arthur Fourniol dans leur récent livre blanc Prototips dédié au sujet.

Après le brief client, le chef de produit identifie les fonctionnalités dont le produit devra être composé et soumet ce cahier des charges provisoire à son équipe. « L’équipe décide ensuite de ce qu’elle peut faire et dans quel ordre le faire, dans un planning. On organise avant chaque Sprint une réunion de planification », précise le livre blanc. « Pendant le Sprint on utilise un tableau divisé en trois colonnes : à faire, en cours, réalisé. À la chaque fin de chaque Sprint a lieu un bilan où l’on teste les bénéfices de la  fonctionnalité avec le Chef de produit. On fait une démo de ce qui a été créé, et le destinataire de la fonctionnalité (le client par exemple) confirme ou non si la fonctionnalité marche comme il le souhaitait. »

La réussite du Design Sprint est ainsi liée à la gestion du temps centré sur la productivité, à l’articulation entre travail individuel et collectif, au plaisir créatif et à la rencontre avec les utilisateurs. Cette méthode agile est la première étape d’un projet qui sera développé si les retours sont positifs ou abandonné à moindre frais dans le cas contraire. Il peut aussi être repris dans de nouveaux Sprints afin d’aboutir à une expérience utilisateur concluante.

Portée initialement par Jake Knapp, Partner chez Google Venture, le sprint a été utilisé sur de grandes réussites numériques comme Blue Bottle Coffee, Slack, Airbnb, Flatiron Health, Uber ou Nest. Le site Sprintstories.com, animé par Google Venture, recense plus de 150 exemples concrets pour comprendre la portée de la méthode.

Sources
Strategies
UX-Republic
Seemy